• en
  • ru

Apollon et Daphné

«Apollon et Daphné» est une sculpture en marbre en taille réélle de style baroque. L’auteur de l’œuvre est le sculpteur italien Giovanni Lorenzo Bernini. La date de création de la sculpture est considérée comme 1622-1625. La sculpture se trouve à la Galerie Borghèse à Rome. Le sujet est basée sur une scène du poème « Métamorphoses » de l’ancien écrivain romain Ovide, dans laquelle le dieu du soleil Apollon rattrape la belle nymphe Daphné.

Référence historique

« Apollon et Daphné» est la dernière d’une série de sculptures réalisées par le jeune Bernin pour son patron, le cardinal Scipione Borghèse. Après la création de la statue « Pluton et Proserpine », que le client presenta au célèbre philanthrope, collectionneur et connaisseur d’art Ludovico Ludovisi, le sculpteur commença à travailler sur la statue « Apollon et Daphné ». La majeure partie du travail a été achevée en 1622-1623. Cela a été suivi d’une courte pause, probablement associée à la création de la sculpture « David ». L’œuvre plastique basée sur le poème d’Ovide acquiert ses formes définitives en 1625. Selon des documents, en septembre, la sculpture « Apollon et Daphné » fut transportée à la Villa Borghèse, à Rome.

Selon une version, Bernini n’a pas terminé le travail sur la statue seule, le sculpteur a été assisté par son élève, Giuliano Finelli. On pense que c’est grâce à la contribution d’un apprenti talentueux que des détails habilement faits (branches, écorce, cheveux ébouriffés) sont apparus dans la sculpture, aidant à transmettre la transformation de Daphné de nymphe en arbre. Dans le même temps, de nombreux critiques d’art ont tendance à ne pas exagérer l’importance du rôle de Finelli.

La sculpture est conçue pour une vue circulaire, Bernini essaya de trouver un angle qui aurait permis de voir simultanément les émotions d’Apollon et de Daphné, de sorte que l’intrigue de l’œuvre devienne immédiatement claire pour le spectateur et qu’il n’est pas nécessaire de faire le tour de la statue de différents côtés.

Description des personnages et de la scène

Quand Phébé (Apollon) vit Daphné, fille du dieu de la rivière Pénée, la flèche d’amour de Cupidon piqua son cœur. Il était captivé par la beauté de la nymphe et enflammé d’une passion féroce pour elle. Cupidon joua une blague cruelle et dirigea une autre flèche dans le cœur de Daphné, tuant l’amour. La belle nymphe n’était jamais destinée à éprouver des sentiments réciproques. En voyant Apollon, Daphné commença à fuir le dieu aux cheveux d’or, et le jeune homme, saisi par une passion débridée, commença à poursuivre sa bien-aimée, le suppliant de ne pas lui montrer de froideur. Lorsque les pouvoirs de la belle nymphe se sont épuisés, elle se tourna avec une prière vers son père, Pénée. Daphné demanda au dieu de la priver de la beauté qui causa tant de souffrances et de changer son corps, à cause de laquelle toute sa vie s’est effondrée. La nymphe ne prononça pas encore les derniers mots de sa prière que d’incroyables métamorphoses commencèrent.

La raideur attrapa tout le corps de Daphné, la peau délicate s’est recouverte d’une fine écorce, les cheveux se sont transformés en une couronne dense d’arbre, les bras et les épaules sont soudainement devenus des branches ondulantes, les jambes, qui ont pris la forme de racines tissées, ont poussé dans le sol et son visage s’est caché derrière une couche de feuillage épais. Malgré les transformations de l’apparence de la nymphe, Apollon continua à avoir un amour passionné pour elle. Même sous cette forme, Daphné restait l’objet de l’adoration du dieu, il posa sa main sur sa poitrine et sentit son cœur battre sous une couche d’écorce. Apollon serra les branches dans ses bras, comme si elles étaient encore entre les mains d’une belle jeune fille, et les baisa. L’arbre semblait se rétrécir au contact d’un dieu amoureux. Puis Apollon prononça les mots suivants:

«Désormais, puisque vous ne pouvez pas devenir mon épouse, vous deviendrez mon arbre! Arbre de laurier! Une couronne de vos feuilles ornera ma tête. Ma lyre et mon carquois pour flèches seront fabriqués de vos branches. Vous serez partout avec moi, vous entendrez comment se font entendre de joyeuses exclamations glorifiant les victoires des généraux romains, vous verrez comment les gens se rassemblent sur la place du Capitole pour assister à des processions militaires solennelles. Vous vous tiendrez à la porte de l’empereur, servant de sa garde dévouée. Les cheveux gris ne toucheront jamais mes cheveux dorés, donc votre feuillage restera à jamais vert et jeune.  »

Analyse de l’oeuvre

La sculpture « Apollon et Daphné » est une œuvre plastique étonnante, dans laquelle le mouvement est magistralement transmis. Il est intéressant de regarder la statue sous différents angles. Chaque angle ouvre une nouvelle vision de la solution compositionnelle. À première vue sur le travail de Bernini, il semble que l’auteur ait représenté seulement Apollon courant après Daphné. Une étude plus détaillée de la sculpture révèle la réincarnation magique de l’héroïne, la transformation de son image d’une belle jeune fille en arbre. Le spectateur semble être témoin de changements incroyables. L’attention principale est concentrée sur le corps gracieux de la nymphe, mais dès que le regard glisse vers le haut ou vers le bas, les mains de l’héroïne, littéralement devant ses yeux, se transforment en branches d’arbres et ses jambes commencent à pousser dans le sol.

Bernini a habilement et naturellement dépeint les mèches de cheveux de Daphné, sa silhouette ciselée, couverte d’écorce. L’auteur connaissait les secrets du polissage de la surface du marbre, permettant de transmettre la beauté et la grâce des héros. La sculpture a l’air incroyable realistiquement, il est rempli d’émotions et d’expériences, contenant un kaléidoscope de sentiments mitigés. En regardant le travail de Bernini du côté gauche, le spectateur observe la joie d’Apollon, qui a réussi à attraper le fugitif, et l’horreur de Daphné. Si vous regardez l’œuvre dans une perspective opposée, la solution compositionnelle acquiert une lecture complètement différente: il semble que la jeune nymphe ne se soucie plus de rien, et le dieu amoureux d’elle est effrayé et pris de désespoir. Bernini a réussi à transmettre leurs contradictions et leur drame dans les images des héros.

Borghese Gallery in Rome,

Auteur: Gian Lorenzo Bernini

portrait_Gian_Lorenzo_Bernini_100px

C'était un architecte exeptionel, il travaillait sur la planification de la ville, concevait des places, des bâtiments laïques, des églises, des chapelles. Il est l’ateur des créations à grande échelle, comprenant à la fois des structures de construction et des formes sculpturales. Une attention particulière doit être portée aux magnifiques fontaines de la ville, aux pierres tombales et à un grand nombre d'éléments décoratifs, en plâtre et en bois, créés pour les funérailles et pour les processions festives.