• en
  • ru

L’Enlèvement de Proserpine

Enlèvement de Proserpine est un grand groupe sculptural en marbre baroque. L’auteur de l’œuvre est le sculpteur italien Giovanni Lorenzo Bernini. Les travaux sur la sculpture ont été réalisés entre 1621 et 1622. Le jeune Bernini a créé une statue d’une expressivité et d’une maîtrise incroyables à l’âge de 23 ans. Le sujet est basée sur une scène de la mythologie romaine représentant l’enlèvement de Proserpine, le moment où le dieu Pluton attrape sa future épouse pour l’emprisonner dans les enfers.

Référence historique

La sculpture fut commandée par le cardinal Scipione Borghese. Probablement, en créant l’œuvre « L’Enlèvement de Proserpine », Bernini travailla en même temps sur un portrait (buste) du pape Paul V. Le pontife est décédé en 1621, il était l’oncle de Scipione Borghese.

Dès que le travail sur la sculpture monumentale fut achevé, le client la présenta au cardinal Ludovisi, qui apporta la statue à sa villa. Plus tard, le gouvernement italien a acquis la propriété de l’œuvre de Bernini, en 1908, elle a été rendue à la Villa Borghese.

Le mythe de l’enlèvement de Proserpine

Selon la mythologie romaine, Proserpine était la fille de Cérès, la déesse de la fertilité, et de Jupiter, le seigneur du ciel, de la lumière du jour et des orages. Une fois, alors que la jeune fille marchait avec ses amis, en s’amusant dans le pré et cueillant des fleurs, Pluton, le roi des enfers et de la mort, la vit. Il tomba follement amoureux de la belle Proserpine et souhaita faire sa femme d’elle.

Assis dans un char doré tiré par quatre chevaux noirs, Pluton enleva la mariée et l’emmena avec lui dans le royaume des ténèbres. Entendant le cri de sa fille, Cérès se précipita pour l’aider, mais tous les efforts de sa mère furent vains. Dès que la déesse de la fertilité réalisa que Pluton secrètement kidnappa son enfant bien-aimé, elle se mit en colère et envoya une sécheresse sans précédent sur la terre, qui tua toute la récolte. Le tonnerre Jupiter, observant du ciel les champs, les jardins et les vignobles détruits, décida d’intervenir dans ce qui se passait. Enfin, les dieux furent parvenus à un accord selon lequel Proserpine devait passer 6 mois par an sur terre, avec sa mère, et le temps restant dans les enfers, avec son mari Pluton.

Comme le dit le mythe romain, la déesse Cérès était si triste quand sa fille était dans la demeure de la mort qu’elle oublia de donner à la nature ses bénédictions, alors l’hiver vint . Au printemps, avec le retour de Proserpina, tout commença à fleurir, comme si une nouvelle vie naquit.

Description de la sculpture

Les personnages de Bernini se distinguent par leur expressivité et leur drame extraordinaires, toutes leurs émotions et expériences se lisent facilement dans la position de leur corps et de leurs expressions faciales. La figure forte et musclée du souverain des enfers demontre une énergie sexuelle débridée, la jeune Proserpine essaye de résister au assaut puissant de Pluton. Une barbe épaisse et des cheveux ébouriffés donnent au héros une masculinité encore plus grande.

Selon Bernini, en travaillant sur l’ouvrage «L’enlèvement de Proserpine», il lui semblait que le marbre entre ses mains devenait plastique, comme de la cire, ce qui permettait de mettre toutes ses idées en œuvre avec succès. En regardant ce chef-d’œuvre des plastiques, il est clair qu’il y avait de la vérité dans les paroles du sculpteur. La figure de Proserpine dans les bras puissants de Pluton semble miniature. Cependant, une analyse détaillée de l’œuvre montre l’étonnante proportionnalité des formes et des tailles dans le corps des personnages et dans les éléments individuels de leurs images.

Bernini a magistralement transmis la beauté, la majesté et la force de Pluton: ses bras musclés tiennent doucement et fermement sa bien-aimée. Il semble qu’il n’y ait aucun défaut dans le corps du héros, chaque courbure et relief des muscles crée une sensation de réalisme extraordinaire de l’image. Dans l’expression sur le visage de Pluton, on peut ressentir l’imperiosité et, avec elle, une certaine perplexité, un sourire se figea sur ses lèvres.

Dans le même temps, l’image de Proserpine montre la même beauté et la même puissance d’énergie. C’est etonnant avec quelle maîtrise et grâce sont faites les boucles de cheveux, des plis de tissu qui couvrent à peine les corps des héros. Dans les poses dramatiques des personnages il n’y a pas une goutte d’artificetext. Le tour du corps, l’inclinaison de la tête, les mouvements des mains, parlent clairement de l’opposition que Proserpine a en réponse à la passion de Pluton. Les larmes ont gelé dans les yeux de l’héroïne, son regard est plein de désespoir.

Par Giovanni Lorenzo Bernini

C’était un architecte exeptionel, il travaillait sur la planification de la ville, concevait des places, des bâtiments laïques, des églises, des chapelles. Il est l’ateur des créations à grande échelle, comprenant à la fois des structures de construction et des formes sculpturales. Une attention particulière doit être portée aux magnifiques fontaines de la ville, aux pierres tombales et à un grand nombre d’éléments décoratifs, en plâtre et en bois, créés pour les funérailles et pour les processions festives.

Borghese Gallery in Rome,

Author: Gian Lorenzo Bernini

portrait_Gian_Lorenzo_Bernini_100px

C'était un architecte exeptionel, il travaillait sur la planification de la ville, concevait des places, des bâtiments laïques, des églises, des chapelles. Il est l’ateur des créations à grande échelle, comprenant à la fois des structures de construction et des formes sculpturales. Une attention particulière doit être portée aux magnifiques fontaines de la ville, aux pierres tombales et à un grand nombre d'éléments décoratifs, en plâtre et en bois, créés pour les funérailles et pour les processions festives.